Vers une architecture-milieu

Processus numérique pour l’harmonie des êtres

Nous traversons une période de transition dans l’histoire mouvementée de la relation entre l’Homme et la Nature. La différence entre notre façon de nous développer et la réalité des lieux que nous occupons, est au cœur de la crise environnementale. La capacité de nos sociétés à admettre l’importance de cette relation à l’environnement, est intimement liée à la réconciliation de nos sens avec les interactions qui animent les écosystèmes que nous abritons.

Le dialogue engagé entre l’architecte et le milieu, à l’échelle territoriale et locale, constitue la base d’un développement inscrit dans la durabilité et la résilience. 

Certes, il apparaît difficile aujourd’hui de maîtriser de façon universelle, l’ensemble des moyens permettant l’inscription quasi-totale de l’habitat humain au sein des écosystèmes naturels. Cependant, il est possible d’inscrire cette démarche dans une transition écologique progressive en mettant en scène chacun à notre façon les aspirations que nous avons d’un monde plus sain pour tous.

Mon rôle en tant qu’architecte n’est pas de faire l’apologie d’une méthode universelle, mais de mettre en scène ma propre aspiration à ce nouveau paradigme.

Les dispositifs de protection de l’environnement tels que les parcs et les réserves naturelles renferment des fractions de planète, à l’abri d’une activité humaine devenue néfaste. La capacité des Hommes à réintégrer ces territoires est primordiale dans la perspective d’un avenir durable.

L’architecture comme dispositif de transition vise à organiser les interactions entre les éléments existants et les nouveaux, créant ainsi une harmonie entre l’objet construit et son milieu.

Ce projet  est un aménagement architectural et paysager implanté sur une île de la Seine en bordure de la Forêt de Fontainebleau. Il s’est construit sur une lecture approfondie du milieu naturel existant à toutes les échelles. Cet état des lieux a permis de récolter les données historiques, biologiques et physiques du lieu, afin de concevoir un projet répondant à des problématiques ciblées.

Les outils de conceptions numériques m’ont permis d’établir des stratégies d’implantations, en traduisant ces données, par des processus inspirés du vivant.

C’est ainsi qu’ont été imaginés une série de dispositifs servant à la fois à produire des ressources, restaurer le biotope, et sensibiliser les visiteurs. Le parcours traversant l’île dévoile séquence après séquence une série d’interventions architecturales sublimant l’expérience que l’on peut faire de ce territoire d’exception.

Charly THEOPHILE

Catégorie :
Programme :

Aménagement régénérateur

Soutenance :

Projet de fin d’étude

Etablissement :

Ecole spéciale d’architecture

Date

Juin 2017